Juil
22

Comment l’expérience de l’éthanol pour la cheminée s’est-elle déroulée au Mali ?

Author acornstudios    Category Maison & Décoration     Tags

cheminee ethanol

De nombreux pays se sont lancés dans différents projets pour améliorer les conditions écologiques et économiques de leurs pays en se lançant dans divers projets énergétiques. Dans ce contexte, le Mali a fait un essai en misant sur une politique énergétique tournée vers la production de biocarburants. Depuis 2008, le pays a mis en place une stratégie nationale de promotion de biocarburants. Cette stratégie a conduit à la création d’une agence en charge de ces projets : l’ANADEB (Agence nationale de développement des biocarburants). Cette dernière est en charge d’étudier les possibilités de développement de bioénergies comme le carburant dont on se sert dans la cheminée à l’éthanol voir sur le site Chemineo. Dans leur première phase, ces efforts sont orientés vers des biocarburants sous forme liquide comme l’huile de pourghère, mais aussi des bioénergies sous forme gazeuse comme le méthane. La seconde phase du programme permettra ensuite d’intensifier les recherches sur le biogaz, mais aussi les gazogènes comme l’oxyde de carbone qui contribuent à la production de bioéthanol dont on se sert dans le transport et la production d’électricité.

Après des premières années de forte communication dans les médias, l’ANADEB ne se fait plus entendre et on ne la voit pas non plus sur le terrain. Toutes les initiatives n’avancent pas. Par contre, l’initiative principale lancée entre 2011 et 2015 sur la promotion de la culture et de l’utilisation de l’huile de jatropha en guise de biocarburant en est à sa phase finale. Le projet a fait ses preuves, mais il faut retenir que le secteur doit son évolution aux opérateurs privés étrangers. La plupart de ces entreprises exercent dans les zones rurales. Promettant ainsi un bel avenir à la cheminée à l’éthanol et à la consommation de biocarburants. Pour y arriver, ces entreprises louent les terres agricoles des paysans à prix fort.

Les produits cultivés sont recueillis et envoyés directement à l’étranger, ce qui ne convient pas aux opérateurs locaux qui n’ont pas les moyens de soutenir cette concurrence. Avant les initiatives de l’état, de nombreuses initiatives privées avaient été lancées dans le pays. Toutefois elles n’ont pas abouti, faute de soutien des autorités politiques, favorisant ainsi les entreprises étrangères. Ces entreprises font des promesses aux populations locales qui s’en réjouissent avant d’être déçues lorsque les projets prennent fin. Les cheminées à l’éthanol restent encore un rêve pour les populations du Mali qui ne sont pas encore près de se servir de biocarburants.

Post comment

Blue Captcha Image
Refresh

*